Coronavirus : Le dernier sur l’épidémie de coronavirus du 23 octobre

25

Un travailleur médical se repose jeudi dans une unité de soins intensifs COVID-19 de l’hôpital Casal Palocco près de Rome. (Alberto PizzoliéAFP via Getty Images)


Trudeau annonce son intention d’acheter 76 millions de doses de vaccin COVID-19 de fabrication canadienne

Le Premier ministre Justin Trudeau a annoncé vendredi un autre contrat pour acheter un vaccin prometteur contre le COVID-19, actuellement en développement – dans le cadre d’un plan visant à obtenir des millions de doses de vaccin pour inoculer les Canadiens contre le nouveau coronavirus. Trudeau a déclaré que le gouvernement avait signé un contrat pour acheter 76 millions de doses à la société de biotechnologie de Québec Medicago.

Medicago développe le vaccin en partenariat avec la société pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline. Les deux sociétés ont déclaré que les résultats précliniques montrent que le vaccin a démontré un « niveau élevé d’anticorps neutralisants après une seule dose ». Si le vaccin fonctionne également bien dans un cadre clinique, les entreprises sont en bonne voie de le rendre disponible au premier semestre 2021. Medicago a déclaré avoir la capacité de fabrication de produire jusqu’à 100 millions de doses en 2021.

Le gouvernement fédéral dépense 173 millions de dollars pour aider Medicago à développer le vaccin et à construire une grande usine au Québec pour le produire. Trudeau a également annoncé un investissement de 18,2 millions de dollars dans Precision NanoSystems de Vancouver, qui offre une technologie pour produire des vaccins et des médicaments thérapeutiques.

Le Canada a déjà signé des contrats pour des dizaines de millions de doses de vaccins supplémentaires avec d’autres géants pharmaceutiques, comme AstraZeneca, Moderna et Pfizer. Au total, le gouvernement fédéral a obtenu 358 millions de doses de vaccin COVID-19 – une police d’assurance si certains des vaccins en cours de développement s’avèrent inefficaces dans les essais cliniques.

Aucun vaccin COVID-19 n’a été approuvé pour une utilisation dans le monde occidental. Trudeau a dit qu’il avait bon espoir que les vaccins puissent être déployés au début de 2021. Pour commencer, il a déclaré que les travailleurs de la santé de première ligne et les populations vulnérables, comme les personnes âgées vivant dans des foyers de soins de longue durée, auront un accès prioritaire.

Cliquez ci-dessous pour voir plus de The National

Un examen de fin de semaine par des responsables de la santé de l’Office régional de la santé de Winnipeg a révélé que des changements sont nécessaires immédiatement à Parkview Place, le site de l’épidémie de COVID-19 la plus meurtrière dans un foyer de soins du Manitoba à ce jour. 1:49

EN LETTRE

Le Château fait faillite et devient la dernière victime du COVID-19

Le détaillant Le Château cherche à obtenir la protection des tribunaux contre ses créanciers pendant qu’il met fin à ses activités et liquide ses actifs. La chaîne de mode basée à Montréal avec 123 succursales à travers le Canada et 1 400 employés a déclaré vendredi dans un communiqué qu’elle avait demandé la protection de ses créanciers en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies, ou LACC.

Dans un communiqué, la direction a déclaré qu’elle était « arrivée à la décision très difficile que la société ne peut plus poursuivre ses activités en tant qu’entreprise en exploitation après avoir déployé tous ses efforts au cours des mois précédents, avec l’aide de conseillers professionnels, pour refinancer ou vendre l’entreprise à un tiers qui continuerait d’exploiter l’entreprise. « 

La chaîne a déclaré que la pandémie COVID-19 en cours a eu un « impact évident sur la demande des consommateurs pour les vêtements de fête et d’occasion de Le Château, qui représentent le cœur de notre offre. … Malheureusement, ces circonstances ne laissent à l’entreprise aucune autre option que commencer le processus de liquidation. « 

Au cours de la période de trois mois jusqu’au 25 juillet, Le Château n’a réalisé que 14,7 millions de dollars de ventes dans son réseau de magasins et en ligne. C’est une baisse par rapport à près de 50 millions de dollars à la même période l’an dernier. La société a déclaré qu’en juillet, elle avait environ 118 millions de dollars d’actifs, contre 201 millions de dollars de passifs.

Les États-Unis à un niveau presque record pour les cas de coronavirus

Le nombre de nouveaux cas de COVID-19 signalés aux États-Unis jeudi était le deuxième plus élevé jamais enregistré, juste en deçà de leur pic du milieu de l’été alors que la propagation du nouveau coronavirus s’accélère dans presque toutes les régions du pays. Les cas, les hospitalisations et les décès s’accélèrent alors que le temps plus frais s’abat sur une grande partie du pays.

Avec 76 195 nouveaux cas jeudi, les États-Unis approchaient de leur record en une journée de 77 299 nouveaux cas le 16 juillet, selon une analyse de Reuters. Seule l’Inde a signalé plus de cas en une seule journée: 97 894 le 17 septembre, bien que les États-Unis effectuent des tests à un taux beaucoup plus élevé que le pays d’Asie du Sud.

Le secrétaire américain à la Santé, Alex Azar, a attribué l’augmentation des cas au comportement des individus, affirmant que les rassemblements domestiques sont devenus un « vecteur majeur de propagation de la maladie ».

Interrogé sur une affirmation du président Donald Trump lors du débat présidentiel de jeudi soir selon lequel les États-Unis «tournent le tour» sur le coronavirus, Azar a déclaré à CNN que Trump essayait de donner de l’espoir aux Américains en attente de traitements et d’un vaccin. « Mais nous devons reconnaître, et il reconnaît, que nous sommes dans un moment très sérieux en ce moment », a-t-il déclaré.

Les cas de COVID-19 chez les enfants d’âge scolaire atteignent de nouveaux sommets en Alberta alors même que les tests diminuent

Alors que l’Alberta établit de nouveaux records pour les cas de COVID-19, le nombre de cas chez les enfants d’âge scolaire a également atteint des sommets sans précédent, alors même que le nombre d’enfants et d’adolescents testés a diminué. Les données d’Alberta Health montrent que le nombre de nouveaux cas quotidiens a continué d’augmenter chez les enfants de 5 à 9 ans et a grimpé en flèche, en particulier chez les 10 à 19 ans.

Les cours en personne ont repris dans de nombreuses écoles de l’Alberta le 1er septembre et, pendant plusieurs semaines, le nombre de nouveaux cas quotidiens était en baisse. Cela a changé au cours de la dernière semaine de septembre lorsque les cas ont commencé à augmenter. La tendance s’est poursuivie jusqu’en octobre. Au cours de la semaine passée, on a enregistré en moyenne 62 cas par jour chez des enfants et des adolescents d’âge scolaire.

Le Dr Deena Hinshaw, médecin hygiéniste en chef de l’Alberta, a déjà noté qu’il y avait «une augmentation massive du nombre d’enfants qui se font tester» en septembre par rapport au printemps et à l’été. Mais les volumes de tests ont diminué en octobre. La proportion de tests revenant positifs, quant à elle, augmente. À la fin de septembre, il était inférieur à 1%. À la troisième semaine d’octobre, il atteignait 2,7%.


Restez informé avec les dernières données COVID-19 du Canada et du monde entier.

LA SCIENCE

La FDA américaine approuve le remdesivir, un médicament antiviral pour traiter le COVID-19

Les régulateurs américains ont approuvé jeudi le premier médicament pour traiter le COVID-19: le remdesivir, un médicament antiviral administré par voie intraveineuse pour les patients nécessitant une hospitalisation. Le médicament, que Gilead Sciences Inc., basé en Californie, appelle Veklury, a réduit le temps de récupération de cinq jours dans une vaste étude menée par les National Institutes of Health des États-Unis. Il avait été autorisé pour une utilisation en urgence depuis le printemps et devient maintenant le premier médicament à obtenir l’approbation complète de la Food and Drug Administration pour le traitement du COVID-19. Le président américain Donald Trump l’a reçu lors du traitement pour COVID-19 au début du mois.

Santé Canada a approuvé en juillet l’utilisation du remdesivir pour traiter le COVID-19 chez les adultes et les jeunes de 12 ans et plus atteints de pneumonie nécessitant un supplément d’oxygène.

Aux États-Unis, Veklury est approuvé pour les personnes âgées d’au moins 12 ans et pesant au moins 40 kilogrammes qui doivent être hospitalisées pour leur infection à coronavirus. Pour les patients de moins de 12 ans, la FDA autorisera toujours l’utilisation du médicament dans certains cas en vertu de son autorisation d’urgence précédente. Le médicament agit en inhibant une substance que le virus utilise pour se reproduire. Certains tests sont nécessaires avant de commencer les patients sur elle. L’étiquette met également en garde contre son utilisation avec l’hydroxychloroquine, un médicament antipaludique, car cela peut réduire son efficacité.

Aucune étude n’a montré que le remdesivir améliore la survie. La semaine dernière, une vaste étude menée par l’Organisation mondiale de la santé a révélé que le médicament n’aidait pas les patients hospitalisés sous COVID-19, mais cette étude n’incluait pas de groupe placebo et était moins rigoureuse que les précédentes qui avaient trouvé un avantage.

Il a été démontré jusqu’à présent qu’un seul traitement – des stéroïdes tels que la dexaméthasone – réduit le risque de mourir du COVID-19. La FDA a également donné une autorisation d’urgence pour utiliser le sang de survivants et deux sociétés recherchent actuellement une autorisation similaire pour des médicaments anticorps expérimentaux.

ET ENFIN…

Accessible uniquement via le Manitoba, canton américain frustré par la loi interdisant l’accès à d’autres Américains

L’angle nord-ouest est parfois appelé la cheminée du Minnesota, pour la façon dont il dépasse le reste des États-Unis. (CBC News Graphics)

L’une des régions les plus reculées des États-Unis est devenue plus isolée que jamais. Grâce aux restrictions du COVID-19, le Northwest Angle ne peut actuellement pas accueillir de visiteurs par la route, même ceux de son propre pays.

L’angle est une bizarrerie géographique, créée par des erreurs d’arpentage remontant à plus de 200 ans. Faisant partie du Minnesota, il est entouré de trois côtés par le Canada et par une étendue d’eau au sud. Son seul lien terrestre est sa frontière ouest avec le Manitoba. Mais les restrictions frontalières liées à la pandémie signifient que les visiteurs américains ne peuvent pas emprunter la route presque stérile du sud-est du Manitoba pour se rendre dans cette partie isolée de leur propre pays.

L’interdiction est dévastatrice pour les propriétaires de pavillon de pêche dans l’Angle, car plus de 90% de leurs clients normaux ne peuvent pas revenir. « Nous n’avons eu que sept fêtes tout l’été – nous avons eu une semaine de travail », a déclaré Paul Colson, qui possède le complexe de Jake’s Northwest Angle avec sa femme, Karen.

Avant la saison de pêche hivernale lucrative, les résidents implorent les autorités canadiennes d’exempter un tronçon de route de 80 kilomètres au Manitoba des restrictions de voyage, permettant aux touristes de conduire du reste du Minnesota dans le Northwest Angle.

Hormis les voyageurs essentiels, les seules personnes actuellement autorisées à entrer par la route sont les 120 habitants d’Angle Inlet, au Minnesota. Certains visiteurs ont traversé le lac des Bois en bateau, mais Colson a déclaré que le mode de transport n’était ni pratique ni sûr pour de nombreuses personnes. .

La fermeture de la frontière terrestre canado-américaine est entrée en vigueur en mars et a été prolongée à plusieurs reprises. Les sondages d’opinion publique ont révélé que l’interdiction est populaire au Canada, car les cas de COVID-19 ont explosé aux États-Unis. Le gouvernement canadien dit qu’il n’envisage pas une exemption à la frontière pour l’Angle, ni à Point Roberts, Washington, une communauté également coupée des États-Unis.

En savoir plus sur COVID-19

Vous cherchez toujours plus d’informations sur la pandémie? En savoir plus sur l’impact du COVID-19 sur la vie au Canada, ou contactez-nous à covid@cbc.ca si vous avez des questions.

Si vous présentez des symptômes de la maladie causée par le coronavirus, voici ce qu’il faut faire dans votre coin de pays.

Pour une couverture complète de la façon dont votre province ou territoire répond au COVID-19, visitez votre site local de CBC News.

Pour recevoir cette newsletter quotidiennement par e-mail, abonnez-vous ici.