Coronavirus : Des personnes malades aux États-Unis disent qu'on leur refuse le test du coronavirus

11

Christy Karras de Seattle a essayé de se faire tester après que certaines personnes lors d'une fête à laquelle elle avait assisté aient présenté des symptômes pseudo-grippaux. Mais son médecin n'a pas passé le test et l'a informée que cela n'avait pas d'importance si elle avait le virus: De toute façon, elle devait rester à la maison.

"Du point de vue des politiques publiques, c'est vrai", a déclaré Mme Karras. «D'un point de vue individuel, vous voulez vraiment savoir ce que vous avez. C'était très frustrant pour moi parce que nous essayions tous de faire la bonne chose. »

Enfin, Mme Karras a contacté la Seattle Flu Study, un projet de recherche pour étudier la propagation de la grippe dans la région. Elle a commandé un kit, a envoyé son échantillon et a répondu: elle était positive pour le coronavirus. (Depuis lors, les autorités ont demandé à l'étude sur la grippe d'arrêter de faire ce type de test car elle n'est pas correctement certifiée.)

Même ceux qui ont de bonnes raisons de penser qu'ils peuvent être infectés se voient refuser le test.

La croisière Grand Princess avait 21 personnes à bord test positif pour le coronavirus. Après avoir accosté à Oakland, en Californie, cette semaine, les passagers ont été mis en quarantaine dans des bases militaires.

Peggy Moy, 71 ans, infirmière et passagère à la retraite, attend toujours d'être testée. Elle avait mal à la gorge et au nez bouché pendant la croisière, ce qu'elle a rapporté, mais au moment où elle a quitté le navire, ces symptômes avaient disparu.

Elle est inquiète pour son mari, qui a un cancer du poumon, et a supposé, comme d'autres passagers, qu'elle serait testée dès son arrivée à la base. Jusqu'à présent, cela ne s'est pas produit, bien que le personnel médical prenne sa température deux fois par jour.

Le fait de ne pas savoir rend Mme Moy nerveuse, car des centaines de personnes à bord du navire, pour la plupart des personnes âgées, sont actuellement en quarantaine sur la base, et bon nombre d'entre elles ont peut-être été exposées au virus. Les gens portent des masques, a-t-elle dit, mais se mélangent toujours dans les espaces communs, comme le hall où les gens reçoivent du café et de l'eau. Ils enlèvent leurs masques pour boire et manger.