Coronavirus : Coronavirus: un médecin qui a été le premier averti du virus est mort

13

Li Wenliang a mis en garde ses collègues contre l'agent pathogène fin décembre. La police aurait tenté de l'arrêter. Maintenant, il est décédé des conséquences de l'infection.

Plus de 630 personnes en Chine sont déjà décédées des conséquences du virus corona. Parmi eux se trouve évidemment le médecin qui a le premier mis en garde contre l'agent pathogène. Dr. Li Wenliang de Wuhan a publié des avertissements d'une infection de type Sars sur les réseaux sociaux chinois le 30 décembre 2019. Il s'en est apparemment infecté et, selon les médias officiels chinois, est décédé jeudi.

Lors d'une conversation de groupe avec d'autres médecins, Li Wenliang a averti ses collègues et leur a recommandé de porter des vêtements de protection lors du traitement de personnes potentiellement infectées. Quatre jours plus tard, selon la BBC, il a été envoyé au poste de police local pour signer une lettre. Il a été accusé de "diffusion de fausses allégations" et de "difficulté à perturber la sécurité publique". Sept autres personnes auraient été accusées de "propagation de rumeurs". Plus tard, la police lui a présenté ses excuses.

L'enfant de Wenliang serait également infecté

Moins de deux semaines plus tard, l'ophtalmologiste employé dans une clinique de la ville d'un million de dollars de Wuhan a publié via Weibo, un service de blogs chinois, qu'il avait lui-même montré des syndromes de toux. Un jour plus tard, il a eu de la fièvre et a été hospitalisé le lendemain. Il y a moins d'une semaine, le 30 janvier, il a été diagnostiqué avec le coronavirus.

Sa dernière affectation à Weibo, dont il critique le gouvernement, vient de ce jour: "Je me demande pourquoi les autorités affirment toujours qu'il n'y a pas de transmission de personne à personne et qu'aucune personne n'est infectée dans les soins infirmiers. "

Jeudi, l'hôpital a confirmé la mort de Li Wenliang à l'âge de 34 ans. Auparavant, il y avait de la confusion après que plusieurs médias avaient annoncé sa mort mais avaient ensuite retiré les rapports. Il laisse derrière lui sa femme enceinte et son enfant qui, selon les médias locaux, sont apparemment également infectés par le virus corona. Et avec lui plus de 30 000 autres personnes en Chine.

La politique de santé prise à Wuhan

Pris à Wuhan

Le gouvernement chinois dit qu'il a tout sous contrôle. Mais les ambulances n'apportent pas de fièvre, les morts doivent être brûlés immédiatement et personne n'est autorisé à sortir. Scènes d'un pays dystopique.Par Lea Deuber