Coronavirus : Coronavirus: l’Europe franchit la barre des dix millions – DER SPIEGEL

17

Le nombre d’infections à coronavirus confirmées dans l’UE et ses principaux pays partenaires européens a doublé pour atteindre plus de dix millions en seulement trois semaines et demie. Vendredi, un total de 10 124 110 cas avait été signalé dans l’Espace économique européen, y compris la Grande-Bretagne, selon un aperçu de l’autorité sanitaire européenne ECDC. Le 20 octobre seulement, la barre des cinq millions d’infections détectées a été dépassée.

La plupart des infections depuis le début de la pandémie ont été enregistrées en France (1 898 710). L’Espagne (1 437 220), la Grande-Bretagne (1 290 195) et l’Italie (1 066 401) ont également des valeurs à sept chiffres. L’Allemagne suit à la cinquième place avec plus de 750 000 cas. Cependant, les valeurs qui tiennent également compte du nombre de résidents sont encore plus informatives que ces chiffres absolus. Selon cela, la Belgique, entre autres, est particulièrement touchée, où 520 297 cas ont été signalés pour un peu moins de sept millions d’habitants.

Outre les 27 pays de l’UE, l’Espace économique européen comprend également la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein. L’ECDC inclut également l’ancien membre de l’UE, la Grande-Bretagne, dans son calcul. Cependant, la Suisse n’est pas prise en compte avec ses quelque 250 000 cas corona confirmés.

Voici la situation dans certains pays voisins:

Dans France un nouveau patient Covid-19 est actuellement admis à l’hôpital toutes les 30 secondes. Toutes les trois minutes, une nouvelle personne infectée se présente à l’unité de soins intensifs, a rapporté jeudi le Premier ministre Jean Castex. Un décès sur quatre dans le pays est actuellement lié au Covid-19. Au vu de ces chiffres, il serait irresponsable de lever les restrictions corona actuelles « ou même de les assouplir », a déclaré Castex.

Un nouveau verrouillage est en place dans le pays depuis fin octobre. Les gens ne sont autorisés à circuler dans la rue que pour une raison valable, comme faire les courses ou aller chez le médecin, et ils doivent remplir un formulaire qui est vérifié par la police. Le commerce de détail et les restaurants sont fermés, mais les écoles et les garderies sont toujours ouvertes. Le règlement s’applique jusqu’au 1er décembre.

Malgré les efforts, la France a signalé jeudi plus de 33 000 nouvelles infections, selon l’ECDC.

Aussi dans Espagne Des restrictions strictes s’appliquent dans de nombreux domaines. En Catalogne, avec la métropole touristique de Barcelone, par exemple, tous les bars et restaurants ainsi que tous les cinémas et théâtres seront fermés jusqu’au 23 novembre. La région est bouclée, toutes les communautés sont bouclées le week-end, il y a un couvre-feu nocturne.

Au moins à Madrid et dans la zone métropolitaine de la capitale, la situation s’améliore quelque peu malgré des mesures relativement souples. La région a été l’épicentre de la pandémie en Espagne et en Europe pendant l’été. En quelques semaines, l’incidence sur sept jours est passée de plus de 300 à 161 cas pour 100 000 habitants. En Espagne, seules les îles Canaries et Baléares ainsi que Valence et la Galice ont des effectifs inférieurs à Madrid.

Dans Grande Bretagne Plus de 33 000 nouveaux cas corona ont été dénombrés en une journée, ce qui est également un niveau élevé depuis le début de la pandémie. Mercredi, le nombre était toujours de 22950 nouveaux cas corona testés positifs. Jusqu’à présent, il n’y avait jamais eu d’augmentation de plus de 10 000 cas par jour. Il y a eu environ 242 cas corona pour 100 000 habitants en Grande-Bretagne au cours des sept derniers jours. À titre de comparaison: en Allemagne, la valeur est actuellement de 140.

Dans certaines régions du pays, les cliniques atteignent à nouveau leurs limites et le suivi des personnes de contact ne fonctionne pas correctement. L’économie britannique a également été durement touchée au cours de la pandémie, le pays connaissant sa pire récession à ce jour. Les banques alimentaires de Grande-Bretagne signalent un nombre record de personnes dans le besoin.

Italie a été l’un des pays les plus durement touchés d’Europe lors de la première vague, des images de cliniques surpeuplées et de camions transportant des cadavres ont fait le tour du monde. Après que les effectifs aient été relativement faibles en été, le virus s’y propage à nouveau rapidement depuis octobre. Outre le nord, la situation lors de la deuxième vague est également préoccupante dans les régions du sud structurellement faible.

« On se sent mal, très mal », a déclaré jeudi Claudio Zanon, directeur de l’hôpital Valduce près du lac de Côme en Lombardie. «Contrairement à la première vague, les agents de santé sont frustrés, démotivés, stressés et souffrent de burn-out», a-t-il décrit la situation lors d’une vidéoconférence. « Il existe un sentiment général de dépression qui n’aide pas à lutter contre l’épidémie. »

En Sicile, le maire de Palerme a mis en garde dans le contexte de l’augmentation du nombre d’infections lundi d’un « massacre inévitable ». La vidéo d’un homme retrouvé mort dans les toilettes d’une salle d’urgence dans une clinique de Naples a également provoqué des troubles considérables dans le pays. « La situation est incontrôlable à Naples et dans de nombreuses régions de Campanie », a écrit le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio en réponse à la vidéo de mercredi soir sur Facebook.

En raison du nombre croissant de cas, le gouvernement a divisé toutes les régions du pays en trois catégories et, dans certains cas, a imposé des couvre-feux.

L’un des pays d’Europe particulièrement touchés est également L’Autriche. Le gouvernement envisage de fermer les écoles en raison de l’augmentation supplémentaire du nombre de cas. Il y a près de deux semaines, des couvre-feux nocturnes ont été instaurés et les installations culturelles et de loisirs ainsi que les restaurants et les hôtels ont dû fermer. Néanmoins, le nombre de cas est resté élevé. Le pays a signalé plus de 10 000 nouvelles infections pour la première fois vendredi.

Selon l’autorité sanitaire européenne ECDC, il a actuellement les valeurs les plus basses d’Europe Finlande. Aussi dans Île, Irlande et Norvège cela semble bon dans une comparaison européenne. Suède d’autre part, avec ses mesures assez permissives, elle compte actuellement de loin le plus grand nombre de nouvelles infections en Europe du Nord. Comme il est ressorti vendredi des valeurs comparatives de l’autorité sanitaire européenne ECDC, le nombre de cas corona confirmés en Suède au cours des 14 derniers jours était d’un peu moins de 485 pour 100 000 habitants. C’est neuf fois plus de cas par rapport à la population qu’en Finlande (54) et aussi nettement plus qu’en Islande (124), en Norvège (140) et au Danemark (257).

Le pays est ainsi également au-dessus de l’Allemagne (303), mais loin derrière les pays de l’UE particulièrement touchés.

Icône: Le miroir