Coronavirus : Coronavirus: l’Allemagne déclare Vienne zone à risque

25

L’Allemagne définit actuellement des régions en France, en Espagne, en Belgique, en Croatie, en Bulgarie, en Roumanie, en République tchèque et en Suisse comme des zones à risque. Les voyageurs des zones à risque doivent être testés pour le coronavirus en Allemagne, à moins qu’ils ne puissent présenter un résultat de test négatif qui n’a pas plus de 48 heures. Tant qu’il n’y a pas de résultat négatif, ils doivent se mettre en quarantaine à domicile pendant deux semaines.

Il y avait déjà eu des rapports sur la classification de Vienne comme zone à risque. «Depuis le 5 septembre, il y a eu significativement plus de 50 nouvelles infections pour 100 000 habitants, nous nous sentons donc obligés d’agir», a déclaré le «Standard» citant une source gouvernementale allemande anonyme. Pas plus tard que lundi, le ministère allemand des Affaires étrangères a déclaré que la situation dans le monde, mais aussi en Autriche, était étroitement surveillée. « Depuis la semaine dernière, nous soulignons dans nos informations sur les voyages et la sécurité que le nombre de cas augmente malheureusement également en Autriche. »

Vienne comme zone rouge pour la Belgique

La Belgique a également réagi mercredi et a déclaré Vienne zone rouge. Cela a été rapporté par le radiodiffuseur flamand VRT, Vienne a déjà été signalée sur le site Web du ministère des Affaires étrangères – les nouvelles règles entreront en vigueur vendredi. Plus précisément, cela signifie que les voyageurs de Vienne en Belgique doivent effectuer un test de coronavirus et se mettre en quarantaine pendant 14 jours, selon le ministère belge.

Jusqu’à présent, Vienne, comme la plupart de l’Autriche, n’a été que orange – cela signifie que les tests et la mise en quarantaine sont uniquement recommandés, mais pas obligatoires. La Carinthie est le seul État fédéral autrichien à être dans une zone verte et n’a donc aucune restriction d’entrée. Selon VRT, Amsterdam a également été déclarée zone rouge. Après Prague, d’autres régions de la République tchèque ont également fait l’objet de restrictions, et d’autres départements français ont également été déclarés zones rouges.

«Rien de spécial» pour le maire de Vienne

Avant la décision officielle de l’Allemagne, le ministre des Affaires étrangères de l’ÖVP, Alexander Schallenberg, se félicitait du fait que les avertissements de voyage étaient émis aussi régionalement que possible. En fin de compte, l’évaluation internationale dépendra de l’Autriche elle-même, a déclaré le ministre des Affaires étrangères. Des pays comme la République tchèque auraient les mêmes problèmes en raison du nombre croissant d’infections.

Le maire de Vienne Michael Ludwig (SPÖ) a également vu «rien de spécial» dans la rumeur de décision de l’Allemagne. «C’est un développement qui affecte toute l’Europe, en particulier les zones urbaines. Cela s’applique déjà à d’autres grandes villes européennes telles que Bruxelles, Paris, Prague, Genève – partout où il y a bien sûr des foules plus importantes », a-t-il déclaré.

La Chambre de commerce, en revanche, a exprimé sa vive préoccupation. L’avertissement de voyage allemand pour Vienne aggrave la situation économique dans l’hôtellerie de ville déjà extrêmement affaiblie, craint la chambre de commerce autrichienne. Il y a eu une vague d’annulations depuis le début de la semaine – plus d’informations à ce sujet dans wien.ORF.at.

Évaluation en deux étapes

Le pays ou la région classé comme zone à risque est décidé en Allemagne par le ministère fédéral des Affaires étrangères en collaboration avec le ministère de l’Intérieur et de la Santé et l’Institut Robert Koch (RKI) à Berlin. Comment les institutions en viennent à leur bilan, un porte-parole du ministère allemand de la Santé de l’APA n’a expliqué qu’au cours du week-end. L’évaluation des risques « comprend le processus d’infection en cours, mais aussi l’équipement général du système de santé, les options de test existantes sur place et les mesures prises dans la lutte contre la pandémie », a précisé le porte-parole.

La classification en tant que zone à risque repose sur une évaluation en deux étapes. «Tout d’abord, il est déterminé dans quels États / régions il y a eu plus de 50 personnes nouvellement infectées pour 100 000 habitants au cours des sept derniers jours. Dans un deuxième temps, des critères qualitatifs sont utilisés pour déterminer si les pays / régions qui sont nominalement inférieurs à la valeur limite spécifiée courent toujours un risque accru d’infection. »Selon le ministère de la Santé, la valeur à Vienne est actuellement de 113 nouveaux cas pour 100 000 habitants dans le passé. sept jours.

Selon le ministère allemand de la Santé, le nombre d’infections et le type d’épidémie (localement limité ou étendu), les capacités de test et les tests effectués par habitant ainsi que les mesures prises dans les états pour contenir l’infection (règles d’hygiène, suivi des contacts, etc.) sont déterminants pour l’évaluation. . « Il est également pris en compte s’il n’y a pas d’informations fiables pour certains pays. »

Test CoV négatif obligatoire

Au sein de l’UE, l’Allemagne définit actuellement les régions de Belgique, de Bulgarie, de France, de Croatie, de Roumanie, d’Espagne et de République tchèque comme des zones à risque. En Suisse également, deux cantons ont été déclarés zones à risque. Selon les informations sur le site Web du gouvernement fédéral allemand, tout le monde doit présenter un test CoV lors de l’entrée d’une zone à risque, qui ne doit pas dater de plus de 48 heures.

Toute personne qui n’en a pas avec elle doit se mettre en quarantaine à domicile et être testée dans les 72 heures suivant son arrivée. «Si le résultat du test est négatif, la quarantaine peut être levée. A partir du 1er octobre, la quarantaine devrait pouvoir être levée avec un test négatif au bout de cinq jours au plus tôt », précise le gouvernement allemand.

La Suisse a pris la décision la semaine dernière

Vendredi, la Suisse a inscrit Vienne sur la liste des zones à risque de CoV. La quarantaine est obligatoire pour les voyageurs en provenance de Vienne depuis lundi, comme le rapporte l’agence de presse Keystone-SDA. Selon le ministère des Affaires étrangères, la quarantaine est de dix jours. Les candidats doivent se présenter à l’autorité cantonale compétente dans les deux jours.

Quiconque ne respecte pas l’obligation de quarantaine ou de déclaration est passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 10 000 francs suisses (environ 9 300 euros). Même un résultat de test négatif ne supprime pas l’obligation de quarantaine en Suisse ni ne raccourcit la durée de la quarantaine. Cependant, les voyageurs des régions frontalières suisses – par exemple du Vorarlberg et du Tyrol – sont généralement exemptés de l’obligation de quarantaine, même si le nombre de cas devrait augmenter.