Coronavirus : Coronavirus en France: la police dissocie une fête illégale “ géante ” près de Paris

27

La police près de Paris est intervenue pour briser une fête à la maison au milieu de la nuit à laquelle assistaient environ 300 à 400 personnes dans un mépris flagrant des règles de santé au milieu du deuxième verrouillage du pays.

L’organisateur des festivités illégales de vendredi soir et le propriétaire de la maison ont tous deux été placés en garde à vue, rapporte dimanche l’AFP citant des sources policières.

Alertés par des voisins à Joinville-le-Pont dans le Val-de-Marne, les policiers ont été interpellés par des fêtards «clairement en état d’ébriété» qui leur ont jeté des bouteilles, selon la préfecture de police.

Les officiers ont utilisé des grenades spéciales pour disperser les fêtards. Un homme a été blessé et emmené à l’hôpital où il a été testé positif au COVID-19, selon la police.

Samedi après-midi, ils ont appelé ceux qui étaient présents à se faire tester le plus tôt possible et à s’isoler jusqu’à ce qu’ils reçoivent les résultats.

Le parquet a déclaré qu’une enquête avait été ouverte sur des violences contre des agents publics.

La fête dans la banlieue sud-est de Paris a attiré l’attention des médias français en raison de sa taille et du chaos qui aurait régné dans la maison. Le Parisien a déclaré que l’établissement était équipé d’une piscine, d’un sauna et d’une piste de danse et était régulièrement loué.

Une bagarre sur la piste de danse était déjà en cours lorsque la police est arrivée, a rapporté le journal. La fête avait été annoncée sur les réseaux sociaux.

Une autre fête privée “clandestine” plus petite quelques jours plus tôt dans le sud-ouest de la France a fait la une des journaux parce qu’elle était tenue par près de deux douzaines de médecins internes.

La police a interrompu le rassemblement à leur résidence de l’hôpital Bigorre de Tarbes vers 4 heures du matin mercredi. Les fêtards ont été habillés par des supérieurs et attendent une éventuelle punition.

La police est en force dans toute la France pour faire appliquer les règles d’un verrouillage national qui a commencé il y a deux semaines et devrait rester en place au moins jusqu’à début décembre.

Les gens ne sont autorisés à quitter leur domicile que pour des raisons spécifiques telles que le travail, les courses essentielles ou un bref exercice. Les écoles restent ouvertes, contrairement au printemps dernier. Largement considérées comme une version allégée du verrouillage printanier de la France, les restrictions renouvelées ont été prises moins au sérieux par certains.

Les hôpitaux français sont étirés et retardent certaines opérations pour soigner les patients COVID-19.

Les derniers chiffres publiés par les autorités sanitaires françaises montrent que le nombre d’hospitalisations et de décès par coronavirus ne cesse d’augmenter. Samedi, le nombre de morts depuis le début de l’épidémie était de plus de 44000.