Coronavirus : Coronavirus découvert dans la peau

20

dermatologie de près. 2020; 36 (5): 10–11.

auteur correspondant

Une observation intéressante a été faite à l’hôpital universitaire de Bâle, en Suisse et a été récemment publiée dans le Lancet [Jamiolkowski D et al. Lancet. 2020; https://doi.org/d7zh].

Une femme de 81 ans s’est présentée au service de dermatologie de l’hôpital universitaire de Bâle avec des symptômes suspectés d’être corona, en particulier de la fièvre, ainsi qu’une grande éruption maculopapuleuse sur le tronc, les jambes et les bras. Un écouvillon nasopharyngé conventionnel pour le SRAS-CoV-2 était négatif. Cependant, les médecins bâlois ont pu détecter des coronavirus dans un échantillon de biopsie au poinçon de la peau enflammée, prélevé deux jours après le test sur écouvillon. Un test d’anticorps six semaines plus tard, cependant, était de nouveau négatif.

Les auteurs du rapport de cas soulignent qu’il s’agit d’une constatation importante car elle met en évidence les lacunes des méthodes de test actuellement disponibles pour les infections par le SRAS-CoV-2. Alors que la sensibilité et la spécificité des tests PCR et sérologiques actuellement disponibles sont élevées, les échantillons sur écouvillon mal prélevés jouent un rôle majeur dans le nombre relativement élevé de tests corona faux négatifs.

Le test d’anticorps négatif de 81 ans confirme également l’hypothèse que certains patients qui contractent le COVID-19 ne gagnent pas d’immunité – une observation qui a déjà été faite pour d’autres coronavirus [Randolph HE et al. Immunity. 2020; 52: 737-41]. Selon les médecins bâlois, ces résultats sont particulièrement importants au vu des efforts actuels pour développer un vaccin.