Coronavirus : Comment s’est-il répandu ?

44

Fin décembre, la Chine a fait état d’une nouvelle maladie pulmonaire – depuis lors, le nombre d’infections augmente rapidement.

31 décembre : premier avertissement de Pékin

Les autorités chinoises informent l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de plusieurs cas de maladies pulmonaires mystérieuses à Wuhan, la capitale de la province chinoise centrale de Hubei. Selon eux, le premier cas a déjà été enregistré le 12 décembre. L’agent pathogène de la maladie est inconnu.

Plusieurs des personnes touchées travaillaient dans un marché de gros de poissons et de fruits de mer, où d’autres animaux tels que des rats, des crocodiles, des serpents et surtout des rouleaux de larves étaient également vendus. En Chine, les chats furtifs sont un mets délicat, qui serait à l’origine de la dangereuse maladie pulmonaire sars, qui a tué plus de 700 personnes dans le monde en 2002/2003.
7 janvier : Un nouveau coronavirus identifié comme pathogène

Selon l’OMS, les experts chinois ont réussi à identifier l’agent pathogène. Selon l’OMS, il appartient à la grande famille des coronavirus, qui peuvent provoquer des rhumes inoffensifs – mais aussi des sars.

11 janvier : premier décès signalé

Les autorités chinoises font état du premier décès d’un client de 61 ans du marché aux poissons de Wuhan.

13 janvier : Début de la propagation hors de Chine

L’OMS confirme un premier cas en dehors de la Chine, un patient en Thaïlande qui venait de Wuhan. Le 16 janvier, le Japon a confirmé son premier cas – un homme qui venait également de Wuhan. Dans les jours qui suivent, le Népal, l’Australie, la Malaisie, Singapour, la Corée du Sud, le Vietnam, Taïwan et enfin les États-Unis et la France signalent les premiers cas de maladie.

20 janvier : un expert chinois confirme la transmission interhumaine

Un membre de la Commission nationale chinoise de la santé, l’expert de renommée mondiale Zhong Nanshan, explique que pour la première fois, il y a également eu une transmission interhumaine du virus.

22 janvier : les autorités mettent en garde contre la mutation du virus

Les autorités chinoises avertissent que l’agent pathogène pourrait muter et ainsi devenir nettement plus infectieux.

23 janvier : Wuhan est mis en quarantaine

Peu avant le début du Nouvel An chinois, qui en Chine équivaut à une migration de masse, les autorités mettent en quarantaine Wuhan et ses onze millions d’habitants. Pékin annule toutes les grandes fêtes de fin d’année par mesure de précaution.

Après une réunion de crise de deux jours, l’OMS décide de ne pas déclarer d’urgence sanitaire mondiale pour le moment. La raison invoquée est que jusqu’à présent, il n’y a « aucune indication » en dehors de la Chine que l’agent pathogène est transmis de personne à personne.

25 janvier : la Chine étend massivement ses mesures

En Chine, d’autres villes sont isolées. En fait, 56 millions de personnes sont aujourd’hui en quarantaine. Des stations de surveillance de la fièvre sont mises en place dans tous les transports publics de la République populaire.

Une autre clinique pour les patients infectés doit être construite à Wuhan. Selon le journal d’État « Le Quotidien du peuple », les autorités prévoient de construire un hôpital de 1 300 lits dans les 14 jours. C’est déjà la deuxième clinique construite spécialement pour le virus. Auparavant, les autorités avaient annoncé qu’un premier hôpital spécialisé dans l’épidémie, avec 1 000 lits, serait mis en service à Wuhan le 3 février.

26 janvier : les États-Unis, la France et le Japon veulent faire partir leurs citoyens de Wuhan par avion

Le département d’État américain annonce qu’il fera sortir ses citoyens de Wuhan par avion. La France et le Japon annoncent des plans similaires. Les autorités chinoises font état de 56 morts et de près de 2 000 personnes infectées. En dehors du pays, il y a 38 cas confirmés, selon l’autorité sanitaire européenne ECDC.
27 janvier : première affaire en Allemagne

Le ministère bavarois de la santé rapporte le premier cas de nCov en 2019 en Allemagne. Le patient du district de Starnberg en Haute-Bavière est sous surveillance médicale, est isolé et est « cliniquement en bonne condition ».

En outre, le gouvernement fédéral se prépare à un éventuel rapatriement des Allemands de Wuhan, selon le ministre fédéral des affaires étrangères Heiko Maas (SPD). Selon le ministère des Affaires étrangères, il y a environ 90 Allemands dans la région de Wuhan.

28 janvier : confirmation de la première transmission interhumaine en dehors de l’Asie

Le cas en Allemagne s’avère être le premier cas connu de transmission interhumaine en dehors de l’Asie. Selon les autorités, le patient de 33 ans a contracté la maladie d’un collègue qui avait voyagé depuis la Chine.

En Chine, le nombre de décès officiellement enregistrés s’élève à 106, et plus de 4 500 personnes y ont été infectées. Les vacances scolaires et semestrielles du Nouvel An chinois seront prolongées pour une durée indéterminée.