Coronavirus : Airbnb a perdu des millions de revenus en raison du coronavirus, révèle le dépôt d’une introduction en bourse

16

Airbnb a déposé lundi une offre publique initiale, a publié son prospectus et indiqué qu’il se négocierait sur la bourse du Nasdaq sous le symbole boursier ABNB.

Le prospectus donne un aperçu approfondi des activités d’Airbnb, en particulier à quel point la plate-forme a été durement touchée par la pandémie de coronavirus. Dans le cadre du dépôt, Airbnb a déclaré que son activité continuera d’être affectée par les personnes qui réduiront leurs déplacements alors que le virus continue de se propager. Au titre des facteurs de risque, la société a déclaré que la pandémie « et l’impact des mesures visant à atténuer la pandémie de Covid-19 ont eu un impact négatif important et continueront d’avoir un impact négatif important sur nos activités, nos résultats d’exploitation et notre situation financière. »

La société a subi des pertes annuelles nettes chaque année depuis son lancement et affirme qu’elle pourrait ne pas être en mesure d’atteindre la rentabilité. Il est passé d’une perte nette de 70 millions de dollars en 2017 à une perte nette de 674,3 millions de dollars en 2019, sur un chiffre d’affaires de 4,81 milliards de dollars. Pour les neuf mois se terminant le 30 septembre, il a enregistré une perte nette de 696,9 millions de dollars sur des revenus de 2,52 milliards de dollars, contre une perte de 322,8 milliards de dollars pour la même période l’an dernier.

Jusqu’à présent en 2020, Airbnb a vendu 17,9 milliards de dollars de réservations brutes, une baisse de 39% par rapport à l’année précédente.

«Le taux de croissance de nos revenus a ralenti et nous nous attendons à ce qu’il continue de ralentir à l’avenir», a déclaré la société.

Au dernier trimestre, Airbnb a réalisé un chiffre d’affaires de 1,34 milliard de dollars, en baisse de 19% par rapport à 1,65 milliard de dollars de chiffre d’affaires au trimestre de l’an dernier. Mais il a déclaré 219 millions de dollars de bénéfices pour le troisième trimestre, alors que son activité commençait à rebondir après les effets du ralentissement des voyages en cas de pandémie.

«Début 2020, alors que le COVID-19 perturbait les voyages à travers le monde, les activités d’Airbnb ont considérablement diminué», selon le prospectus. «Mais en l’espace de deux mois, notre modèle commercial a commencé à rebondir même avec des voyages internationaux limités, démontrant sa résilience.» Les gens voulaient sortir de chez eux, a ajouté la société, mais ne voulaient pas rester dans des hôtels. Ses déplacements intérieurs ont rapidement rebondi et ont été affectés par le nombre de personnes choisissant de travailler à distance depuis un Airbnb plutôt que chez elles.

«Nous pensons que les frontières entre le voyage et la vie s’estompent, et la pandémie mondiale a accéléré la capacité de vivre n’importe où», a déclaré la société.

Airbnb avait précédemment prévu d’entrer en bourse en août, même si elle était au milieu d’annulations liées à la pandémie, ce qui a vu sa valorisation chuter de son sommet de 2017 à 31 milliards de dollars à environ 18 milliards de dollars. En mai, l’entreprise a licencié environ 25 pour cent de son personnel, soit environ 1 900 personnes. Les salaires des cadres ont également été réduits pour une période temporaire de six mois.

Toujours au regard de ses facteurs de risque, la société a noté que son modèle économique repose sur les hôtes, les propriétaires qui utilisent la plateforme pour louer leurs propriétés. « Si nous ne parvenons pas à conserver les hôtes existants ou à ajouter de nouveaux hôtes, ou si les hôtes ne parviennent pas à fournir des séjours et des expériences de haute qualité, nos activités, nos résultats d’exploitation et notre situation financière seraient considérablement affectés », a déclaré Airbnb, ajoutant que ce déclin supplémentaire ou une perturbation des voyages et de l’accueil ou tout autre ralentissement économique «aurait une incidence défavorable importante sur nos activités, nos résultats d’exploitation et notre situation financière».