C’est la fin. Audi confirme que l’A1 n’aura pas de successeur

C'est la fin.  Audi confirme que l'A1 n'aura pas de successeur

La décision est officiellement prise : à l’heure où le marché semble s’orienter de plus en plus vers le SUV et le crossover, le modèle d’entrée de gamme d’Audi, l’A1, n’aura pas de successeur. Autrement dit, c’est la peine de mort pour le petit utilitaire allemand.

L’annonce a d’ailleurs été faite par le PDG d’Audi lors d’une récente interview avec le site Automotive News, dans laquelle Markus Duesmann confirme officiellement les rumeurs qui ont émergé ces derniers temps : l’A1 n’aura pas de successeur.

Quant aux raisons de cette décision et à la possibilité, par exemple, de la future norme anti-émissions Euro 7, entraînant la disparition, non seulement de l’A1, mais même de l’A3, Duesmann n’exclut aucune possibilité, en supposant, désormais, que la survie de ces deux modèles dépendra, beaucoup, des objectifs finaux de l’Euro 7.

Aud A1 2020
La dernière – et actuelle – génération A1. Ce sera?…

« Cela dépendra sans doute, en grande partie, de l’objectif final de l’Euro 7. Nous savons qu’à l’avenir, il deviendra très difficile de proposer des moteurs à combustion dans les segments inférieurs, car les coûts augmenteront. dans notre cas, cela conduira à la fin de A1, qui n’aura pas de successeur. Cependant, si les nouvelles règles Euro 7 ne sont pas trop strictes, cela nous permettra d’investir davantage, par exemple, dans la mobilité électrique », explique le PDG d’Audi.

Rappelons que Duesmann avait déjà évoqué la possibilité de la disparition de l’A1 en février dernier, lorsqu’il défendait qu’elle était chère et peu rentable, pour électrifier des modèles plus petits, dont les marges sont déjà serrées, afin de garantir des prix suffisamment attractifs.

Avec la confirmation maintenant de la fin de l’A1 et bien qu’il n’y ait toujours aucune garantie que le modèle ne puisse pas être remplacé, du moins pour l’instant, le plus certain est que le crossover Q2 assumera la position d’une proposition d’entrée dans l’univers Audi .

Enfin, en ce qui concerne les autres gammes, le PDG d’Audi dit espérer qu’en 2030, la marque pourra se targuer d’une offre avec différents types de motorisations, selon la région du monde où ils sont commercialisés. Même parce que, ajoute-t-il, bien que les moteurs à combustion représentent, à l’heure actuelle, « moins de 20 % de la demande en Europe », la situation reste « différente » dans d’autres parties du monde, comme « la Chine ou les États-Unis ».