Centré sur la révolution électrique. Volkswagen dévoile sa stratégie « New Auto »

Centré sur la révolution électrique.  Volkswagen dévoile sa stratégie « New Auto »

Ce mardi, le groupe Volkswagen a présenté sa nouvelle stratégie de marché, visant à devenir le leader mondial dans le domaine de la mobilité électrique autonome. Laquelle, intitulée « New Auto », mise sur les nouvelles technologies, plus de véhicules électriques, et l’augmentation du poids des services logiciels, pour s’assurer des revenus plus élevés et nouveaux. A partir de 2025.

Adopter comme objectif de base la réduction de 30 % de l’empreinte carbone par voiture (sur son cycle de vie), contre aux valeurs enregistrées pour 2018, le Groupe Volkswagen annonce désormais son intention d’augmenter, au cours de la même période, la part des véhicules électriques à batterie (VE) à 50 %. Ceci, avec l’objectif ultime d’atteindre 2040 avec pratiquement tous les véhicules proposés par les marques du groupe, étant zéro émission.

Ainsi, le groupe automobile allemand espère atteindre au plus tard 2050 avec un fonctionnement totalement neutre pour le climat.

Toujours à la suite de cette transition, Volkswagen s’attend à ce que les bénéfices et les réserves de revenus passent progressivement des véhicules à moteur à combustion interne (ICE) aux véhicules électriques à batterie (BEV). Quant aux logiciels et aux services, tous deux animés par la conduite autonome.

Axé sur plusieurs piliers fondamentaux, le nouveau plan stratégique New Auto vise à faire du Groupe Volkswagen un leader de la Mobilité Autonome Électrique
Axé sur plusieurs piliers fondamentaux, le nouveau plan stratégique New Auto vise à faire du Groupe Volkswagen un leader de la Mobilité Autonome Électrique

En fait, le constructeur allemand affirme également croire que le marché de l’ICE va perdre plus de 20 % au cours de la prochaine décennie. Finissant, même dépassé par BEV, comme la technologie la plus recherchée.

En ce qui concerne les logiciels et services, Volkswagen prévoit, à titre d’estimation, des résultats de l’ordre de 1 200 milliards d’euros, d’ici 2030, ajoutant ainsi « un tiers » aux résultats attendus des ventes de BEV et ICE. Doubler ainsi la valeur du marché mondial de la mobilité, des 2 000 milliards d’euros actuels, à 5 000 milliards d’euros.

Des marges plus importantes pour affronter l’avenir

Cependant, malgré le poids croissant des services, le Groupe Volkswagen estime également que la mobilité individuelle, basée sur l’automobile, continuera à représenter, d’ici là, 85 % du marché et de l’activité du groupe.

Enfin, et pour soutenir financièrement la décision de passer aux BEV, une augmentation souhaitée de la marge sur les ventes d’ICE, de 7-8% actuellement, à 8-9% – mais avec la conscience qu’ils seront plus pénalisés, avec la l’entrée en vigueur de l’Euro 7 – mais aussi les synergies qui conduiront à une baisse des coûts, dans la production de batteries et l’exploitation des usines.

« Nous allons faire évoluer nos plates-formes BEV, nous allons développer une pile logicielle automobile de premier plan. Et nous continuerons d’investir dans les services de conduite autonome et de mobilité. Au cours de cette transition, notre solide activité ICE contribuera à générer les bénéfices et les flux de trésorerie nécessaires », explique le directeur financier du groupe Volkswagen, Arno Antlitz.

Avec 73 milliards pour les nouvelles technologies, plateformes et logiciels

En attendant et suite à ce nouveau plan, le groupe Volkswagen annonce un total de 73 milliards d’euros à investir dans les nouvelles technologies, à développer entre 2021 et 2025. Ce qui, selon le groupe, représentera 50% du total des investissements prévus sur la période en question.

La technologie, intégrée à la mobilité électrique, est l'un des aspects de la stratégie New Auto
La technologie, intégrée à la mobilité électrique, est l’un des aspects de la stratégie New Auto

Dans le même temps, le constructeur automobile promet de renforcer, encore, la part des investissements dans l’électrification et la digitalisation, bien que et dans ce cas, sans dévoiler les valeurs. Augmenter également l’efficacité, dans ce cas, avec l’objectif, pour les deux prochaines années, de réduire les coûts fixes de 5%.

Toujours dans le domaine des technologies, la garantie d’une offensive soutenue sur quatre plateformes technologiques clés, utilisables par toutes les marques de véhicules particuliers et utilitaires du groupe, à commencer par la nouvelle plateforme mécatronique de nouvelle génération, intitulée Scalable Systems Platform (SSP ). Et qui est considéré comme le successeur des MQB, MSB et MLB déjà connus, ainsi que des plus récents MEB et PPE.

L’objectif, à l’avenir, révèle le groupe Volkswagen, sera de passer à seulement deux plateformes BEV, avec la certitude qu’à partir de 2026, tous les véhicules 100% électriques seront basés sur le futur SPP. Il faut ajouter que le développement d’un nouveau centre de Recherche & Développement qui sera créé à Wolfsburg, avec un investissement estimé à 800 millions d’euros.

En plus des plateformes, le constructeur prépare, à travers son éditeur de logiciels automobiles CARIAD, une nouvelle architecture logicielle leader, jusqu’en 2025. Une sorte de produit final, fruit d’un développement qui, au passage, a déjà fait connaître la plateforme. . du logiciel E3 1.1, actuellement utilisé dans les produits à base de MEB (Volkswagen ID.4 ou Skoda Enyaq, entre autres) et qui permet déjà des mises à jour en direct. Et ce qui suivra, en 2023, E3 1.2, solution prime qui sera destiné aux véhicules Audi et Porsche et qui devrait déjà pouvoir proposer le Niveau 4 de Conduite Autonome.

L’importance des piles

En effet, dans la lignée de cette évolution, le Groupe Volkswagen annonce la création d’une nouvelle division Technologie au sein du groupe, qui sera chargée de développer une nouvelle solution technologique, en matière de batteries. Créer « un circuit fermé dans la chaîne de valeur des batteries comme moyen le plus durable et le plus rentable de construire des batteries », explique le fabricant.

À cette fin, le groupe essaie de développer, d’ici 2030, un format de cellule de batterie unifié, avec jusqu’à 50 % d’économies et jusqu’à 80 % de cas d’utilisation. Dans la même période, Volkswagen prévoit de construire six giga-usines en Europe, d’une capacité de production totale de 240 GWh, pour contribuer à garantir l’approvisionnement en batteries.

La conception et la production de batteries est l'un des aspects sur lesquels Volkswagen promet de concentrer son action
La conception et la production de batteries est l’un des aspects sur lesquels Volkswagen promet de concentrer son action

Pour le reste, et bien que la volonté de construire des usines de production de batteries ne se limite pas à l’Europe, voire à la Chine, le Groupe Volkswagen entend, dans le cas du Vieux Continent, implanter le cœur de sa « campagne électrique » en France. Commencer à produire, à partir de 2025 et avec un partenaire stratégique, toute la famille Small BEV du groupe, dans le pays voisin du France. Cette décision reste cependant tributaire du « cadre général et des subventions de l’État ».

Avec la conduite autonome (aussi) comme objectif

Enfin et jusqu’en 2030, la volonté de créer des flottes de navettes autonomes, dans le cadre de ce nouveau plan ‘New Auto’, basé sur quatre domaines d’activité : le système d’auto-conduite, son intégration dans les véhicules, la gestion de flotte et la plateforme de mobilité.

Un projet que le groupe Volkswagen entend développer avec son partenaire stratégique Argo AI, et, en ce moment, le groupe développe déjà les premiers projets pilotes, à Munich, en Allemagne. Qui, à l’avenir, devrait s’étendre à d’autres parties du globe, avec l’espoir déclaré d’atteindre une valeur commerciale supérieure à 70 milliards de dollars (un peu plus de 59 milliards d’euros, à prix courants) d’ici 2030 ; ceci, en ne comptant que les cinq plus grands marchés européens.

La mobilité autonome est l'un des piliers du nouveau plan stratégique New Auto
La mobilité autonome est l’un des piliers du nouveau plan stratégique New Auto

Bien que, réaffirme le groupe allemand, dans ce nouveau plan stratégique, les États-Unis d’Amérique et la Chine continuent d’être, avec l’Europe, les principaux pôles d’activité de celui qui s’est disputé avec le japonais Toyota Motor Corporation, le sceptre d’une plus grande constructeur automobile mondial…