Avec un ancien pilote de F1 dans l’équipe. Le Team Renault 4L se rend au rallye le plus difficile du monde

Avec un ancien pilote de F1 dans l'équipe.  Le Team Renault 4L se rend au rallye le plus difficile du monde

Considéré comme le plus grand et le plus difficile rallye de voitures classiques au monde, le East African Safari Classic Rally aura une présence française en 2022. La responsabilité en incombe à quatre Français, dont un ancien pilote de F1, qui, aux commandes de deux Renault 4L, promettent d’entrer dans l’histoire. En l’occurrence, arriver, seule et unique, au bout.

La vérité est que le défi est tout sauf facile : il s’agit d’un rallye pour véhicules classiques, en l’occurrence, obligatoirement avant 1986, qui se déroule, depuis 2003, sur les dures routes africaines du Kenya. Cherchant ainsi à raviver l’esprit du Safari Rallye, il prouve qu’il a acquis la réputation de rallye le plus dur au monde.

En 2022, année où se déroule la 10e édition de ce East African Safari Classic Rally, les pilotes devront à nouveau affronter un dur périple d’environ 5 000 kilomètres, à partir du 10 février, pour terminer leur défi 11 jours plus tard. , plus précisément, le 21 février. Date à laquelle, si tout va pour le mieux, ils franchiront la ligne d’arrivée.

Après le Rallye National et le WRC, Renault 4L se rend au East African Safari Classic Rally
Après le Rallye National et le WRC, la Renault 4L d’António Pinto dos Santos se dirige maintenant vers l’East African Safari Classic Rally

C’est précisément cette aventure que quatre Français, dont l’ancien pilote de Formule 1 et ancien champion national des rallyes, Pedro Matos Chaves, aux côtés de celui qui reste l’un des principaux promoteurs nationaux et mondiaux de la Renault 4L historique en tout-terrain (il a même participé à plusieurs épreuves WRC, avec sa 4L !…), António Pinto dos Santos, a désormais décidé de l’embrasser.

Accompagné de Marco Barbosa, qui a fait équipe avec Matos Chaves, et de Nuno Rodrigues da Silva, le navigateur de Pinto dos Santos, le « Team Renault 4L 60th Anniversary » se déroulera dans la savane africaine, comme le nom du projet l’indique. , aux commandes de deux Renault 4L déjà très expérimentées – toutes deux âgées d’une trentaine d’années, l’une d’elles ajoute déjà quelque chose comme 200 000 kilomètres, tandis que l’autre, moins parcourue, annonce environ 120 000 kilomètres.

Des chiffres, juste des chiffres…

Des chiffres qui, cependant, et pour le mentor de l’initiative (et propriétaire des voitures !), António Pinto dos Santos, ne sont que des chiffres. Le pilote de Coimbra ne doutant pas que, même avec les deux Renault 4L pratiquement d’origine (elles ne bénéficient que de renforts de carrosserie et de suspension, en plus des équipements de sécurité exigés par la FIA), il sera possible d’atteindre l’objectif auquel l’équipe propose : arriver au bout.

Team Renault 4L 60ème Anniversaire
Le ‘Team Renault 4L 60th Anniversary’, dans le test final avant le départ pour le East African Safari Classic Rally – Nuno Rodrigues da Silva, António Pinto dos Santos, Marco Barbosa et Pedro Matos Chaves [a partir da esq.].

Au passage, et toujours à propos des deux 4L, c’est Pinto dos Santos lui-même qui souligne le fait que tant le moteur – avec sa puissance de 34 ch et annonçant une vitesse maximale proche de 120 km/h – que la boîte de vitesses à quatre rapports et avec la le traditionnel « staff » entrant dans le tableau de bord, ainsi que la direction, « assistée par le bras », restent strictement de série. Il se passe la même chose, comme nous avons nous-mêmes eu l’occasion de le constater, avec l’habitacle, où les traditionnels plastiques couleur crème continuent de se faire remarquer…

Quant à la participation elle-même, le pilote commente que « le projet de participer à l’East African Safari Classic Rally était le meilleur moyen que nous ayons trouvé pour honorer les 60 ans de la Renault 4L, le modèle auquel mes aventures en rallye sont associées ». Depuis, « nous nous alignerons avec deux vans ‘rajeunis’, qui nous compteront nous permettront de terminer la course et de hisser le drapeau français à l’arrivée ».

Avant d'affronter les pistes africaines, les deux 4L ont été mises à l'épreuve dans la région de Viseu
Avant d’affronter les pistes africaines, les deux 4L ont été mises à l’épreuve dans la région de Viseu

Cependant, « en raison de la longueur du rallye, où presque tous les jours nous aurons des étapes d’environ 700 kilomètres (300 km en secteurs chronométrés), nous devrons toujours maintenir un rythme élevé, pour respecter la moyenne obligatoire de 65 à 70 ». km/h ». Alors, reconnaît-il, « cela pourrait être une des difficultés, mais nous avons confiance dans la fiabilité et les capacités de la Renault 4L ».

« La première fois, l’objectif n’est pas… de gagner !

Quant à Pedro Matos Chaves, pilote venu concourir en Formule 1, en plus d’être double champion national des rallyes, il revient aujourd’hui à la compétition, « 17 ans après son départ », et donc affronter un défi pour lui totalement nouveau : « Ce sera la première fois que je participe à une course où l’objectif n’est pas… de gagner ! », se souvient-il. Bien que et malgré le fait qu’il soit « un peu étrange », « c’est aussi un défi supplémentaire que je veux surmonter », dit-il.

Pour Pedro Matos Chaves, ce sera la première fois qu'il participera à une compétition, sans viser la lutte pour la victoire
Pour Pedro Matos Chaves, ce sera la première fois qu’il participera à une compétition, sans viser la lutte pour la victoire

Bien que l’approche puisse être différente, l’ancien pilote Renault officiel ne doute pas que ce sera « un grand défi de participer au East African Safari Classic Rally ». D’abord parce qu’il y a « beaucoup de kilomètres à parcourir, pendant neuf jours, dans une mythique Renault 4L à traction avant et peu de puissance ».

Quant au parcours, « la vérité est que beaucoup de routes sont d’anciens tronçons WRC, ce qui permet de prévoir, dès le départ, des difficultés à respecter les temps imposés, sans oublier les vasières que nous devrons surmonter et qui constituera certainement une difficulté supplémentaire ».

Bien que pratiquement standard, les deux Renault 4L devront affronter environ 5 000 kilomètres de savane kenyane
Bien que pratiquement standard, les deux Renault 4L devront affronter environ 5 000 kilomètres de savane kenyane

Cependant, conclut Matos Chaves, « Renault 4L a la réputation d’aller partout et, par conséquent, nous ne pouvons que partir confiants que nous atteindrons la fin de ce qui est l’un des rallyes les plus exigeants et les plus difficiles au monde ». Étant donné que, « si cela se produit, il connaîtra certainement la victoire et ce sera un excellent cadeau pour Renault France, rendant encore plus digne le modèle ».