Après une nouvelle année d'attaques contre Trump, des «signes inquiétants» pour la presse américaine

76

"Il y a des signes inquiétants", a déclaré M. Karl.

La vidéo violente, concoctée par des provocateurs de droite, a ensuite été désavouée par la Maison Blanche. Mais l'administration a présidé à des reproches plus subtils de la presse.

Le point de presse quotidien de la Maison Blanche était autrefois un rituel de la vie à Washington et, vu à l'étranger, un puissant symbole de responsabilité au sein du gouvernement. En 2017, l'administration Trump a organisé une centaine de séances d'information officielles; en 2018, ce nombre a diminué d'environ la moitié.

Deux séances d'information ont eu lieu en 2019.

Le premier, le 28 janvier, a commencé par une salutation barbelée de la secrétaire de presse, Sarah Huckabee Sanders – «Vous avez manqué les gars», a-t-elle dit sèchement – et la seconde, le 11 mars, s'est terminée par des questions criées sur l'implication de M. Trump avec des récompenses à une star de cinéma pornographique qui avait allégué une liaison extraconjugale. Mme Sanders a fait référence à un avocat extérieur et a coupé court aux questions.

«Merci beaucoup, les gars», a-t-elle dit. Pas plus de questions.

En réalité, M. Trump est resté plus directement accessible aux journalistes que plusieurs de ses prédécesseurs récents. Il pose régulièrement des questions lors de séances de photos et a pris l'habitude de jouter avec des journalistes sur la pelouse sud de la Maison Blanche pendant que l'hélicoptère présidentiel bourdonne en arrière-plan.

Mais l'arrangement est empilé en faveur de M. Trump. Le bruit lui permet d'ignorer les questions qu'il n'aime pas. Et les événements sont entièrement à la discrétion de M. Trump, par opposition à un briefing régulier où les responsables doivent répondre des nouvelles du jour.

Mme Sanders a quitté la Maison Blanche en juin pour signer en tant que commentatrice chez Fox News. Son successeur, Stephanie Grisham, n'a pas encore tenu de briefing à la Maison Blanche. Pendant les cinq premiers mois et demi de son mandat, elle n'a accordé des interviews qu'à Fox News, Fox Business et Sinclair Broadcast Group, un réseau régional qui avait demandé à ses affiliés de diffuser des éditoriaux pro-Trump. Mme Grisham est apparue sur ABC et CBS pour la première fois en décembre, après la destitution de M. Trump.

Source