Après un accident. Le président de Toyota met en garde contre les dangers de la conduite autonome

Après un accident.  Le président de Toyota met en garde contre les dangers de la conduite autonome

Après un accident avec l’un des véhicules autonomes mis à disposition de l’organisation des Jeux Olympiques de Tokyo, le PDG de Toyota est déjà venu exprimer son inquiétude quant à la manière dont se déroule la mise en place de la Conduite Autonome. Plus précisément, l’urgence avec laquelle les constructeurs cherchent à mettre des voitures autonomes sur la route.

L’affaire a commencé par un accident, le 26 août dernier, impliquant l’un des véhicules de la flotte 100% autonome que Toyota a mis, en tests, au service de l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo, et un athlète participant à la un événement.

L’accident s’est produit au moment où le véhicule – e-Palette – roulait à environ 1,6 km/h et est entré en collision avec un piéton malvoyant, sans toutefois faire de blessé. Mais cela a fini par susciter non seulement des excuses formelles du président de Toyota Motor Corporation, Akio Toyoda, mais aussi une expression d’inquiétude quant à la manière dont les véhicules autonomes sont mis en œuvre trop rapidement.

Toyota e-Palette en action
Toyota e-Palette en action

« Je ne pense pas qu’il soit réaliste de penser que les voitures autonomes puissent désormais circuler sur les routes de tous les jours », a déclaré Akio Toyoda, dans une vidéo publiée après l’accident. Remise en cause, même, de la course actuelle dans laquelle se trouvent plusieurs constructeurs automobiles, tentant d’être les premiers à proposer des technologies et des véhicules de niveau 5 de conduite autonome.

« Il y a actuellement une pression sur les constructeurs automobiles pour être les premiers à lancer des véhicules de niveau 5, mais je continue de dire que nous ne sommes pas disponibles pour participer à cette course », a-t-il ajouté.

Quant à l’expérience avec l’e-Palette, Toyota a mené, suite à l’accident, une enquête rapide sur ce qui s’est passé, ayant décidé d’apporter plusieurs modifications au projet, avant de le réactiver. Plus précisément, en équipant les véhicules d’un deuxième conducteur, alors que les comités olympique et paralympique augmentaient le nombre de guides aux intersections du village olympique.

En effet, comme le rappelle Auto News, ce n’est pas la première fois que Toyoda révèle un regard critique sur les nouveaux développements de l’industrie automobile. Car, en ce début d’année, le président de Toyota n’a cessé de critiquer ce qu’il a qualifié de course aux véhicules électriques, défendant que le Japon serait sans électricité, en été, si tous les véhicules circulant dans le pays étaient électriques.