L'adresse à la nation du président Kaboré, en première page des quotidiens burkinabés | AIB

7

Burkina Faso-Revue de presse

Le discours à la nation du président Kaboré, à la une du Burkina Faso

Ouagadougou, 8 nov. 2019 (Burkina Faso) – Les journaux burkinabé ont mis en avant vendredi le message à la nation prononcé la veille par le président Roch Marc Christian Kaboré, à la suite de l'attentat terroriste le plus meurtrier jamais enregistré au Burkina Faso.

"Défense des zones menacées par le terrorisme: le président du Faso ordonne le recrutement de volontaires", a déclaré le quotidien national Sidwaya, qui publie l'intégralité du message du chef de l'Etat burkinabé.

Le journal accompagne le message présidentiel d'un commentaire intitulé "Rester digne", rappelant que "pour l'histoire, chaque Burkinabè doit être un artisan de la libération du pays".

Pendant ce temps, Today in Faso (privé) affiche: "Attaque meurtrière d'un convoi de la SEMAFA: 72 heures de deuil décrété", avant de commenter "l'innommable Boungou: Roch aux armes volontaires!".

Le journal demande: "Pouvons-nous gagner cette guerre oblique, indirecte, ondulante et meurtrière?"

L'éditorialiste de Today in Faso répond par l'affirmative en affirmant que "le président du Faso, chef suprême des armées, est convaincu, après la barbarie médiévale du 6 novembre sur l'axe Ougarou-Boungou, qui aura décimé. personnes et 70 blessés.

Pour sa part, le journal privé Le Quotidien met en première page un extrait du message dans lequel le président Kaboré déclare: "J'ai ordonné le recrutement de volontaires pour la défense dans les zones menacées".

L’observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso, par le biais de son & # 39; & # 39; La grille de lecture évoque ce recrutement de volontaires, intitulé "Fatigué de la guerre?".

Quant au journal Le Pays, il publie des réactions à la suite de l'attaque terroriste dont celle du chef de l'opposition politique (CFOP) qui indique que "les Burkinabè en ont assez des lâches rituelles qui comptent les morts".

Ce même quotidien privé observe que "les parents des victimes (sont) entre colère et indignation", avant de souligner dans son "Dialogue intérieur" qu'il est nécessaire de "rester debout malgré tout!"

Pour sa part, L’Express du Faso, un quotidien privé publié à Bobo-Dioulasso (2e capitale du Burkina Faso) s’exclame: "Après l’attaque du convoi de la société minière SEMAFO: Roch prend enfin les choses très au sérieux!"

Dans sa colonne & # 39; & # 39; Tant de choses à dire, le même journal demande: "Des attaques terroristes meurtrières: jusqu’à quand durera-t-il?"

Agence d'information burkinabé